Accueil Consultations Formations Interventions Ressources Cont@ct

Jean-Louis Mendez

Psychologue du travail

06.12.83.19.94

Santé et travail

Cabinet APSST - Accompagnement de la prévention en santé et sécurité au travail

Le cabinet APSST est déclaré en tant que prestataire de formation professionnelles auprès de la DIRECCTE

Le cabinet est habilité IPRP (Interventions et Préventions des Risques Professionnels)  auprès de la DIRECCTE

Siège : 10 Rue Notre Dame 77000 MELUN  / Siret N° 399 642 677 00021 - assurance MACSF

Jean-Louis Mendez: psychologue du travail (CNAM) ; habilité IPRP au titre de son organisation ; certifié par la CRAMIF en tant que formateur ; Certificat d’enseignement supérieur en psychopathologie du travail ( CNAM et DU Descartes)

Enregistré à l’agence régionale de santé - ARS (Adéli N°77 93 1482 2) -

Jean-Louis Mendez 06.12.83.19.94

Organisation du site

Mentions légales

Les absences au travail impliquent des contraintes encore plus fortes
La partie du personnel « qui tient malgré tout » voit généralement le salarié en arrêt comme une personne « égoïste » qui met en difficulté le travail de tous.
Les conséquences de ces absences impliquent des contraintes encore plus fortes pour l’ensemble du personnel l’entraînant vers un processus de disqualification en chaîne, un épuisement professionnel, une disqualification du travail qualitatif.
Inverser le processus c’est d’abord écouter les contraintes du professionnel en arrêt et comment s’élaborent les relations dans l’entreprise et les conflits du travail (difficulté de choix par l’accumulation des contraintes, souvent contradictoires) ; restaurer la reconnaissance du travail réalisé, évaluer les impasses techniques, permettre à la personne de se recréer dans son identité collective.
Il s’agit d’interroger avec soin le sens que chacun met dans son activité pour l’articuler avec la cohésion de l’organisation.
Un bénéfice social pour les salariés et une économie financière indispensable à l’entreprise
Outre les avantages pour les travailleurs en termes de santé, il faut noter que chaque euro investi dans la promotion de la santé sur les lieux de travail génère un retour sur investissement de 2,5 à 4,8 euros grâce aux économies sur les coûts liés à l’absentéisme.
(Agence européenne pour la santé et la sécurité au travail  - EU-OSHA du 21/07/10)
Les conditions de travail, premier facteur de l’absentéisme Source

L’absentéisme atteint 5,5 % des salariés soumis à au moins trois contraintes physiques (exposition aux poussières, produits dangereux, port de charges lourdes, bruit, vibrations, etc.), contre
2,5 % chez ceux qui ne connaissent pas ces contraintes. La différence est encore plus grande et monte à 7,5 % parmi ceux ou celles qui sont exposés à des contraintes psychosociales (obligation de se dépêcher pour accomplir son travail, exposition à des agressions physiques ou verbales, ou à du harcèlement, risques d’accident, etc.). Les catégories sociales dans le bas de la hiérarchie étant davantage soumises à ces contraintes, il ressort de cela que le taux d’absentéisme pour maladie monte à 4,5 % chez les ouvriers, alors qu’il n’est que de 1,6 % pour les cadres.
Stabilité de l’emploi. L’absentéisme est également plus ou moins élevé suivant que  l’emploi est stable ou non. Ainsi, il se situe au-dessus de la moyenne chez les fonctionnaires (3,9 %) et chez les salariés disposant d’un CDI de plus d’un an (3,7 %), alors qu’il n’est que de 2,6 % parmi les contrats précaires (CDD, intérim), et ce quelle que soit la catégorie professionnelle.
Homme ou femme ? Les femmes ont un taux d’absentéisme plus élevé (4,1 %) que les hommes (3,1 %), mais leurs absences, plus nombreuses dans la tranche d’âge 25-34 ans, sont souvent dues aux problèmes de santé de leurs enfants.
Âge des salariés. L’âge est un facteur aggravant d’absentéisme, la tranche la plus exposée étant celle des 55-59 ans (5,4 %). Chez les plus de 60 ans, les absences diminuent (4,7 %), une fraction importante des ouvriers dont la santé est la plus dégradée ayant déjà quitté le marché du travail, note la Dares.
Paris ou province ? Enfin, l’étude de la Dares montre des différences marquées selon les départements, avec un taux d’absentéisme de 1,62 % à Paris et de 5,31 % dans les Hautes-Alpes. Ces disparités sont expliquées en grande partie par les caractéristiques de la main-d’œuvre. « Si l’on neutralise l’effet de ces caractéristiques, ces variations géographiques se réduisent fortement »,

En 2010, plus de 80 % de ces maladies sont liées à des troubles musculosquelettiques (TMS).
Les TMS résultent principalement des facteurs biomécaniques et psychosociaux inhérents aux conditions de travail. Les efforts accomplis et les conditions d’exercice de l’activité professionnelle (port de charges, gestes répétitifs, postures contraignantes…), tout comme la perception de cette activité (stress, reconnaissance, intérêt au travail…) sont autant de facteurs potentiels de développement des troubles musculo-squelettiques.

Absences au travail pour raison de santé dans les établissements hospitaliers
En 2010,  dans le secteur hospitalier, la durée moyenne des absences a augmenté de 8 % et leur nombre de 6 % par rapport à 2007. Le taux d’absentéisme atteint 13,7 % dans les petites structures. Le coût moyen par agent employé s’élève à près de 3 000 € pour l’employeur.


43 % des travailleurs indépendants et 29 % des employés ont exprimé le souhait de diminuer leurs horaires de travail. À l’inverse, 11 % des travailleurs indépendants et 14 % des employés voudraient travailler davantage.
• Le nombre élevé d’heures de travail va de pair avec des niveaux soutenus d’intensité du travail.
• 52 % des travailleurs interrogés ont signalé la présence d’un représentant du personnel sur leur lieu de travail.
• 18 % des travailleurs font état d’un équilibre médiocre entre vie professionnelle et
• vie privée. Les facteurs favorisant cet équilibre sont, entre autres, le travail à temps partiel, l’absence de longs horaires de travail, des horaires flexibles, un accès rapide à un congé en cas d’urgence et des horaires de travail réguliers.
• 20 % des travailleurs font état d’un mal-être psychologique.

Synthèse de la 5e enquête européenne sur les conditions de travail (2010)

La réduction de l’absentéisme

Et des accidents du travail

L’absentéisme et le turnover ne sont pas une fatalité

Solliciter un arrêt maladie est souvent l’expression d’une désertion du professionnel face à une incapacité à pouvoir dépasser les contraintes qui lui sont imposées.

« des fois il y a des choses qui sont pas graves pour [celui avec qui tu travailles], et toi t’es obligé, en plus de faire les choses pour toi. Je veux dire :les choses que tu penses importantes, il faut que tu les fasses à la place de ton collègue, parce que tu sais que pour lui, ce n’est pas important. »

(Recueil de la parole d’une ouvrière -  2011).